Le bord d'aile de Cassin

 

 

La compensation, ou l'art de se faciliter la vie.

 

Comme je l'indiquais sur la page des manœuvres en vol, maintenir un avion en palier sans utiliser la compensation (ou "trim" en anglais, qui donne le verbe franglais "trimmer son avion") est une vraie épreuve de force : correction de la dérive du cap à cause du vent, inclinaison de l'appareil en montée ou en descente si vous relâchez d'un quart de millimètre le manche, éternuement violent, etc... Même Mister T finirait par fatiguer.

Pour nous aider dans cette lourde tâche, il y a un outil tout simple dans son fonctionnement mais délicat à appréhender : le compensateur. Sur le Skyhawk il n'y en a qu'un, le compensateur vertical, mais comme c'est l'axe qui aura le plus tendance à bouger, ça tombe bien ^^ Sur d'autres avions mieux équipés vous pourrez trouver un compensateur horizontal ou même un compensateur de lacet (pour bien nouer ses chaussures pendant le vol).

Un avion bien compensé est un avion dans lequel vous pourrez lâcher le manche sans craindre de voir le sol se rapprocher à vitesse grand V ou bien votre cap se retrouver rapidement à l'opposé de ce qu'il devrait être. Attention, ça ne veut pas dire que vous pourrez ouvrir le journal ou décapsuler une bière (quoique...), mais il y a tellement d'éléments à surveiller dans un avion que vous pourrez vous consacrer plus sereinement à une autre tâche comme régler vos instruments de navigation, vérifier votre position sur la carte ou faire répéter pour la troisième fois au contrôleur aérien sa demande parce que vous n'avez pas écouté, trop occupé à vous battre avec le manche. On appelle cela "voler manche libre" (non, porter un débardeur sans manches n'aide en rien à compenser).

 

 

Vous avez quelque chose à compenser ?

Voilà à quoi ressemble le compensateur sur le Cessna (et sur pas mal d'autres avions) :

Cette roue crantée, située sur le Skyhawk entre les deux yokes, va permettre de maintenir les dérives de l'appareil (ici, les dérives de queue puisqu'il s'agit de l'axe de tangage) dans une certaine position pour éviter qu'elles ne reviennent au neutre si vous lâchez le manche (encore une fois, lisez le cours de Rod pour approfondir la théorie de tout ça).

En tournant la roue vers le haut (touche Début par défaut), l'avion aura tendance à piquer un peu du nez, comme si vous poussiez légèrement sur le manche. En la tournant vers le bas (touche Fin, mais il est plus pratique d'assigner ces commandes à son manche) c'est évidemment le contraire et il remontera comme si vous tiriez sur le manche. Comme pour toutes les commandes de l'appareil, ça se manipule en douceur, il ne s'agit pas de lui faire faire trois tours d'un seul coup.

Pour savoir de combien tourner le compensateur, estimez plus ou moins la force avec laquelle vous poussez ou tirez sur le manche, mettez quelques crans dans le sens adéquat, et relâchez légèrement pour garder votre taux de montée, de descente, ou votre palier. Si vous devez encore agir sur le manche, remettez-en quelques crans, et recommencez jusqu'à ce que vous puissiez lâcher le manche en ayant votre avion qui garde sa course.
Ca peut paraître un peu pifométrique comme méthode, mais il n'y a pas de recette miracle, il faut expérimenter. Plus vous volerez sur un avion, mieux vous le connaîtrez et mieux vous saurez d'instinct de combien tourner le compensateur. Ce n'est clairement pas évident au début, mais ça finit par venir, et quand on y arrive, on est bien content de plus avoir à se cramponner au manche en permanence.

Attention à votre configuration qui plus est : certains add-ons peuvent se réapproprier certaines touches, et donc vous pouvez vous retrouver avec un compensateur qui tourne dans un sens et pas dans l'autre, ce qui peut s'avérer gênant... Assurez-vous que ça tourne dans les deux sens avant le décollage pour être certain de votre coup ;o)

Faites attention également à ne pas vous mélanger les pinceaux, un avion compensé au maximum en cabré (ce qui n'arrive jamais en vol normal ^^) à qui on demande de piquer en poussant sur le manche va avoir naturellement du mal à le faire ^^

 

Angle d'inclinaison et vitesse

Un avion est naturellement enclin à conserver la vitesse à laquelle il a été trimmé. Imaginons que vous voliez à 110 kt en palier compensé. Si vous augmentez les gaz pour accélérer, vous pensez que l'avion va naturellement avoir tendance à accélérer... sauf que non. Il va aussi s'incliner vers le haut et monter, afin de se ralentir et de garder ses 110 kt. Même chose en descente, si vous réduisez les gaz, l'avion va piquer légèrement pour garder ses 110 kt, c'est pourquoi il n'est pas forcément nécessaire de pousser sur le manche pour descendre, simplement réduire les gaz peut suffire.

Attention cependant, ce n'est pas instantané, si vous réduisez les gaz, l'avion va commencer par ralentir avant de s'incliner, puis pointer plus fortement vers le sol pour rattraper sa vitesse avant de réduire son taux de descente pour garder sa vitesse initiale. Il ne faut donc pas prendre pour argent comptant le premier taux de descente (ou de montée dans le cas contraire) et réajuster les gaz immédiatement, laissez le temps à l'avion de se stabiliser.

En conséquence de quoi, si vous voulez accélérer ou ralentir en restant en palier, il vous faudra re-compenser l'appareil. Idem après un virage, il est tout à fait possible (probable même) que le vent n'exerce pas la même force que précédemment, vous forçant à compenser à nouveau. Fastidieux ? Certes, mais imaginez que vous fassiez sans la compensation et que vous deviez continuer à faire tout ça à la main... :op

 

 

Lorsque vous prendrez des avions plus rapides, vous remarquerez que ces derniers sont plus difficiles à compenser, que les effets d'un cran de compensateur ont une plus grande amplitude, etc... C'est normal, plus un avion va vite plus les effets augmentent exponentiellement, personnellement j'ai encore un peu de mal à compenser sur un jet par exemple, là aussi tout est question d'entraînement ;o)

 

 

Astuce :

FSX est un simulateur, et par là même il n'est pas parfait. Prenez l'ULM par exemple. Sa surface portante consiste en une grande aile delta en toile, il n'y a donc, fort logiquement, pas de compensateur. Et pourtant, il fonctionne quand même :op Vous pouvez tout à fait trimmer votre ULM comme vous trimmeriez un Skyhawk bien qu'il n'y ait aucune commande visible sur l'appareil ^^ Et même chose sur le Cub, qui n'a normalement pas de compensation non plus.

Idem également sur le Skyhawk : ce dernier ne dispose, visuellement en tous cas, que d'un compensateur vertical, néanmoins, vous pourrez également le trimmer à l'horizontal en utilisant les touches adéquates. Attention cependant, car en l'absence de repère visuel il est facile de "se perdre" dans la compensation et de ne plus savoir combien de crans on a mis à droite, et donc se retrouver au final avec un avion bancal. Il existe pour ça une touche qui permet de remettre le compensateur au centre (je ne pense pas qu'il y en ait une pour le compensateur vertical), encore faut-il la connaître ^^ J'ai eu aussi des problèmes avec ce compensateur et la touche VerrNum, donc assurez-vous que tout fonctionne bien dans les deux sens (ce qui est difficile sans visu, je vous l'accorde ; vérifiez donc avec un autre avion qui en a un).

 

 

(haut de la page)