Le bord d'aile de Cassin

 

 

Quittons le plancher des vaches.

 

Décoller est relativement simple (atterrir sera déjà une autre paire de manche :op ) Enfin du moins, quand le temps est calme et qu'il n'y a pas ou peu de vent. Par fortes bourrasque de travers c'est tout de suite plus sportif ^^

 

Il n'y a que peu de points à suivre ; les voici :

 

1. Maintenant vous devriez être aligné sur la piste, à l'arrêt, moteur en marche, prêt à partir. Commencez par maintenir les freins serrés (/!\ pas le frein de parking !) puis poussez doucement la manette des gaz au maximum.

La mention "Freins" doit rester affichée en bas à gauche de l'écran et le compte-tours doit (logiquement) monter en régime.

 

2. Lorsque le moteur aura atteint un régime suffisant (plus ou moins quand il sera entré dans l'arc vert du compte-tour), relâchez les freins. L'avion va alors s'élancer et commencer à accélérer.
Notez que vous pouvez aussi décoller sans utiliser cette technique et juste laisser à l'avion le temps de se lancer de lui-même (surtout si vous entrez sur la piste et décollez sans vous arrêter entre les deux phases), mais cela vous permettra de gagner quelques mètres de piste (comme avec les volets). Ca peut paraître insignifiant mais si vous décollez au poids maxi autorisé sur une piste courte, ça sera toujours ça de pris :op

Maintenez l'appareil au centre de la piste avec le palonnier (ne tournez pas le yoke, ça ne fait qu'incliner les ailes, pas tourner l'avion !). Même par une journée sans vent, l'avion aura tendance à se déporter à gauche de part le souffle de l'hélice (voir les cours de Rod pour l'explication du phénomène). Allez-y doucement sur les commandes, pour ne pas louvoyer sur toute la largeur de la piste, vous perdriez de la vitesse, risqueriez de perdre le contrôle de l'appareil et en plus de faire s'étouffer de rire les contrôleurs :op C'est comme en voiture, plus vous irez vite moins vous aurez besoin de tourner la roue pour sentir le mouvement.

Vérifiez que le compte-tour indique bien que le moteur tourne à sa vitesse maximale, sinon il se peut qu'il y ait un problème (si vous volez avec un avion ou un soft qui rajoute des pannes aléatoires).

 

3. Si vous avez lu le petit tableau que j'ai mis sur la page du tour d'horizon du Skyhawk, vous savez que la vitesse de rotation (ie la vitesse à laquelle on tire le manche pour faire décoller l'avion) de cet appareil est de 65 kts.

Lorsque l'aiguille de l'indicateur de vitesse atteindra cette vitesse, tirez
doucement sur le manche. Pas besoin d'y aller comme une brute, un mouvement trop sec ferait décrocher l'avion, et à une telle altitude il retomberait immédiatement -et lourdement- sur la piste. Si vous avez réglé le compensateur sur Take-Off, ça n'en sera que plus facile.
Attention aussi à ne pas trop cabrer l'appareil. Outre le fait que cela risque de vous faire décrocher (voir les leçons de Rod pour le décrochage, ça n'implique pas forcément la vitesse trop faible), sur les appareils plus longs il y a le risque de frotter la queue au sol, ce qui est assez mauvais pour la santé de l'appareil. 10-15° de cabré sont amplement suffisant.

 

4. Vérifiez que vous avez bien décollé en vous assurant que l'aiguille du variomètre est dans le positif. Oui je sais, ça peut paraître idiot, mais je vous rappelle qu'on ne "sent" pas l'avion dans un simulateur :op (d'ailleurs même en vrai... lorsque j'ai effectué mon baptême de pilotage sur Cessna C-152 (le petit frère du Skyhawk), il a fallut que je regarde dehors pour m'apercevoir que les roues ne touchaient plus la piste :op )

Gardez les ailes droites pour rester dans l'axe de la piste (si vous avez réglé l'indicateur de cap sur celui de la piste, vous devriez voir facilement si vous déviez ou pas) et un taux de montée positif (il peut arriver que l'appareil redescende un peu après le décollage). Sur un avion à train rétractable, il faudrait rentrer le train dès le seuil de piste dépassé et confirmation du taux de montée positif (pour minimiser la traînée), mais nous n'avons pas ce problème sur le Skyhawk ;o)
Restez dans l'axe de la piste jusqu'à dépasser les 500 ft AGL (Above Ground Level - au-dessus du sol), puis rentrez les volets et virez de bord pour suivre le cap désiré. Sur un avion de ligne on attend les 1 000 ft AGL, mais le Cessna ne grimpe pas assez vite pour ça. L'avion va, de fait, accélérer et redescendre un peu, maintenez-le à son taux de montée en jouant sur le manche (ou sur la compensation si vous savez vous en servir). Gardez un taux de montée d'environ situé 700 ft/min. La vitesse de montée optimale du Skyhawk volets rentrés se situe à 80 kts, si vous gardez le bon taux de montée il devrait s'y tenir tout seul (mais ne prenez pas ces taux au pied de la lettre, si vous volez très chargé, à la limite du poids maxi autorisé, l'avion ne tiendra pas ces paramètres).

 

Et voilà, vous êtes en vol ! Bon et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?! Ce sera l'objet de la prochaine page ;o)

Lorsque vous aurez décollé, la tour vous informera que vous sortez de son espace aérien. De là, vous pouvez soit vous régler sur une autre fréquence, soit demander au contrôle un vol en VFR contrôlé (vous serez transféré d'un contrôleur à l'autre selon les espaces aériens que vous franchirez, qui vous tiendront informé des changements de pression atmosphérique et du trafic).

 

La même chose en vidéo :

 

 

 

 

(haut de la page)