Le bord d'aile de Cassin

 

 

Les instruments sur le Mooney

 

Avant d'aller plus loin dans les spécificités de cet avion, étudions son tableau de bord et les différences avec celui du Skyhawk :

1. L'horizon artificiel est ici un peu différent de celui du Skyhawk. Bon, il représente un triangle au lieu d'un avion, c'est pas ça qui va changer la vie hein ? :op Mais en plus de ça, il est doté d'un Directeur de Vol (Flight Director, FD), activable par le bouton du même acronyme situé en 2 (à côté du bouton d'activation du pilote automatique).

Ce Directeur de Vol permet d'ajouter un repère sur l'horizon artificiel qui, si vous avez réglé le PA (mais pas activé), vous indiquera où placer votre avion (ie le triangle orange) pour rejoindre le(s) paramètre(s) souhaité(s).

Ici, le FD activé mais sans rien de programmé :

Un nouveau triangle jaune vient s'afficher sur l'horizon artificiel pour indiquer où placer l'avion pour suivre le cap / altitude réglé. Ici comme rien n'est programmé et que l'avion a le nez un peu relevé lorsqu'il est au sol, il est juste sous le triangle orange de l'avion.

Programmons maintenant une altitude sur le PA :

En activant le bouton ALT, le triangle jaune remonte légèrement. Il indique où positionner le triangle orange (donc l'avion) pour tenir ce taux de montée (ici, 700 ft/min). Lorsqu'on arrivera à l'altitude programmée de 2 000 ft, le FD redescendra progressivement pour tenir le vol en palier. Ici avec l'inclinaison naturelle de l'avion au sol, nous sommes quasiment dans la bonne position pour un angle de montée à 700 ft/min (bien évidemment, le FD se modifie en temps réel en fonction du vol, à grande vitesse il n'y aura pas besoin d'incliner autant qu'à faible vitesse pour le même taux de montée).

Si on active en plus le maintient de cap :

Le FD s'incline pour indiquer l'angle de virage. Bref, "y'a qu'à" suivre la flèche :op

 

3. L'indicateur de cap est lui aussi un peu différent, outre le repère visuel qui a changé de forme (en orange, réglable par le bouton au même symbole en bas à droite), il intègre également le NAV1 sous la forme de la flèche jaune que l'on voit ci-dessus (le NAV2 est, lui, situé sous l'indicateur de virage et fonctionne de la même façon que sur le Skyhawk). La radiale est bien entendu réglable par le bouton en bas à gauche.

Cette flèche fonctionne sur le même principe que le NAV du Skyhawk, à la différence qu'au lieu de l'aiguille qui s'incline vers la droite ou la gauche du cadran, on aura ici la partie centrale de la flèche qui se décalera lorsqu'un VOR est détecté.

Elle présente en outre l'avantage d'indiquer clairement le cap, ce qui était peut-être le plus difficile à appréhender sur la compréhension du VOR sur le Skyhawk. Si aucun VOR n'est détecté, la flèche est au centre et une étiquette rouge indique que rien n'est capté (voir au-dessus, sur les explications de l'horizon artificiel).

Pour un ILS, la composante verticale est indiquée par deux flèches de part et d'autre du cadran (avec la mention GS de chaque côté) :

Le fonctionnement est bien sûr similaire ;o)

 

4. Nous trouvons ici le levier du train d'atterrissage. Le voyant vert au-dessus indique qu'il est bien verrouillé (en position sortie ou rentrée, peu importe). Lorsque le train est "en transit" (qu'il rentre ou qu'il sorte), le voyant passe au rouge. Il faut donc bien vérifier que ce voyant est au vert avant d'atterrir, au risque de tout casser... Vous avez également l'indication "Gear Down" sur le panneau de voyants au-dessus du bloc radio, qui, bien évidemment, s'éteindra lorsque le train sera rentré.

Au décollage, le train se rentre quasiment immédiatement, dès que vous avez passé le seuil de piste, vérifiez que vous avez bien un taux ascensionnel positif, et si c'est le cas, vous pouvez le rentrer.

A l'atterrissage, vous devrez sortir le train une fois aligné avec la piste (une fois déployée il provoque beaucoup de trainée qui ralentit l'avion). Vous ne devez sortir le dernier cran de volet qu'une fois le train sorti et verrouillé (sinon vous vous en rendrez compte par une alarme stridente ^^ ).

Sur l'indicateur de vitesse, la coupure dans l'arc vert indique la vitesse au-delà de laquelle le train doit absolument être rentré, au risque de le casser (trop pression dessus). Donc idem, attendez d'être en dessous de cette vitesse pour le sortir.

 

5. Les manettes de gaz s'enrichissent désormais d'une nouvelle venue, et changent de fonction : si la rouge contrôle toujours la richesse, le nombre de trs/min du moteur passe sur la manette bleue, tandis que la noire gère maintenant la pression d'admission du carburant dans le moteur. Ce sera la principale nouveauté de cet avion par rapport au Cessna, et nous verrons comment cela fonctionne sur la page adéquate.

 

6. Ces nouvelles manettes ont bien sûr leurs compteurs attitrés. Si le compte-tours (à droite) est déjà connu et bougera en fonction de la manette bleue, son voisin (à gauche donc) est l'indicateur de la pression d'admission et sera lié à la manette noire. Ici aussi nous verrons cela sur la page dédiée.

Juste en dessous de ces compteurs, vous pouvez apercevoir l'indicateur visuel du compensateur horizontal. Le Skyhawk n'en avait pas, celui-ci est mieux équipé. De même le compensateur vertical dispose lui aussi du même genre de repère visuel (en dessous de la manette du train). Les volets également ont un indicateur dédié (encore en dessous du compensateur vertical).

 

7. Ici se trouvent les commandes des capots moteur. Il s'agit d'écopes situées, comme leur nom l'indique, sur le capot moteur, qui peuvent donc s'ouvrir plus ou moins pour y diriger un apport d'air, afin de refroidir sa température. On les ouvrira surtout lorsque le moteur tournera à plein régime, c'est-à-dire majoritairement au décollage et en montée, sinon on les gardera fermés pour ne pas avoir l'effet inverse et trop refroidir le moteur (voir le cours de Rod à propos des avions complexes pour la théorie). Comme partout sur le Mooney, ces volets ont leur propre indicateur visuel.

 

8. Voici le bouton d'activation des aérofreins, de son appellation anglaise "Speed Brake" (je ne l'ai pas trouvé sur le cockpit 3D ^^ Il s'active via la touche ":"). Il s'agit de petites surfaces qui se déploient sur les ailes pour casser leur aérodynamisme et fortement ralentir l'avion (et aussi le faire brusquement remonter, attention).

Ce genre de dispositif est généralement utilisé sur les jets, mais le Mooney étant un avion rapide, il peut en avoir la nécessité lorsqu'il a besoin de ralentir en phase d'approche. Les jets ont des aérofreins variables, qui peuvent être plus ou moins sortis via une manette (pour ralentir plus ou moins fort), mais sur le Mooney ils n'ont que deux positions, rentrés ou sortis.

 

 

A part ces différences, le reste est similaire au Skyhawk. Ah, si vous cherchez le panneau des lumières sur le cockpit 3D, levez la tête, il est au plafond (j'ai mis longtemps à le trouver :op ). De même, si vous trouvez la jauge d'EGT, faites-moi signe, je la cherche encore...

 

 

 

(haut de la page)